Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2007

La torture de la clôture …

Tout territoire se distingue d'un autre par ses limites. Quand il s’agit d’un jardin, on errige gaiement une clôture ! Mais attention, on ne rigole pas avec la clôture !

Avant toute chose, introduisons :

Une cloture a pour effet de se protéger des vents, du bruit et des regards. Il existe plusieurs manière de cloturer un espace :

Par la construction
- planter des piquets et tendre un grillage
- couler une fondation et monter un muret, (qui peut lui même être surmonté d’un grillage )
- planter des poteaux de bois et y fixer des planches (façon ranch texan)
- planter des poteaux de bois et y tresser des branches de saule ou de noisetier.
- Monter un muret en pierres sèches
- Poser une palissade de bois …

Par la plantation :
- en plantant une haie de résineux ou de feuillus persistants (thuya, cyprès, laurines…)
- en plantant des feuillus caduques (
- une haie variée …

Seulement voilà, tout n'est pas si simple. Ériger une clôture implique une demande d'autorisation de construire. Le CAUE d'île de France a rédigé une fiche très claire qui permet de comprendre cette procédure. Pour ceux qui souhaitent un maximum d'information, nous joignons à cette note la fiche spécifique de la DDE de demande de permis de construire une clôture (DDE_formulaire_cloture.pdf).Par ailleurs, vous trouverez différentes informations sur le droit de clôturer son terrain en cliquant sur ce lien.


Pour notre projet, nous avons trouvé LA solution idéale : le talus ! Typique de notre environnement bocager breton, le talus s’avère être notre allié pour le terrain pentu et venteux que nous avons choisi. Par ailleurs, il nous permettra d’inscrire la maison dans son paysage environnemental. Nos talus seront à terme, couverts de noisetiers, genets et ajoncs … tout un programme.

Les bienfaits du talus sont multiples, en voici les principaux :
- brise vent
- niche écologique
- retient et filtre les eaux de pluie
- abrite des nuisances sonores

Pour les curieux, nous conseillons le site : À l’école des talus, très complet en la matière. Indispensable !

Information pour les économes … la construction des talus est encouragée par les politiques locales bretonnes. Des subventions sont attribuées chaque année. Elles peuvent financer jusqu’à 80% du montant total des frais.

Mais là où ça se complique … c'est que nous ne savons pas encore si les talus entrent dans les exceptions à l'obligation de demande de permis de clôture …

A suivre donc

Sandra

05 janvier 2007

Concevoir le jardin

La conception d’un jardin peut être précise et réfléchie. Au même titre que la conception de la maison, celle-ci s’appuie sur les modes de vie de chacun. Voici donc quelques pistes pour penser son jardin …

1 / quelques exemples de questions à se poser :
Quelles sont les activités de toute la famille lors de la belle saison ?
Faut-il réserver une partie du jardin à l’aménagement d’une aire de jeux, d’un espace pour une table de ping-pong ?
Faut-il une grande ou une petite terrasse pour les repas entre amis ?
Avons-nous besoin d’une zone pour des travaux manuels ?
Cette zone doit-elle se trouver contigüe du garage ou d’un appentis ?
Avons-vous envie d’un carré de potager, d’un verger, d’un petit coin de verdure pour lire tranquillement ?
Quelles dimensions donner aux différentes zones ainsi déterminées ?


La liste est loin d’être exhaustive … à chacun de déterminer ses propres besoins et envies, en fonction de ses modes de vie !

A partir des réponses qui seront formulées, et en fonction de la taille du jardin il vous faudra faire des choix pour ensuite décider de leur répartition. Il s’agira alors d’essayez de positionner vos usages du jardin sur le plan de votre terrain.

Attention à ne pas oublier que certaines zones fonctionnent ensemble alors que d’autres doivent être séparées.

2/ aménagement personnalisé
Comme la maison, le jardin est le reflet de notre mode de vie.
Alors de quel jardin rêvez-vous ? Après avoir positionné les différentes zones d’activités de vous tiendrez dans votre jardin, il reste à choisir le style, votre style. N’oublions pas qu’il existe des styles très différents comme par exemple géométrique, romantique, japonais …

3/ l’éclairage de nuit
Mettre en lumière les extérieurs permet de se déplacer facilement la nuit et de mieux profiter du jardin. Lorsqu’il est éclairé, le jardin invite à la détente, en particulier en été, lors des soirées entre amis. Des ambiances se créent en mettant en valeur les massifs arborés, les bassins, etc …

Pour cela il est préférable de placer plusieurs points d’éclairage de puissance moyenne plutôt qu’un seul projecteur qui accentuerait les contrastes et les ombres.

Pour le confort et la sécurité, les chemins et les accès préfèrent des éclairages plus intensifs. Il faut aussi penser aux personnes qui viennent vous rendre visite et qui ne connaissent pas votre jardin !

4/ Les plantes
Elles constituent un élément essentiel de l’ambiance que l’on souhaite donner à un jardin. Au moment du choix, il faut également se poser quelques questions, notamment par rapport à leur entretien, certaines plantes demandent beaucoup d’attention (comme les rosiers). Pensez au temps dont vous disposez pour les entretenir.

5/ les arbres
Les arbres apportent une plus-value au terrain. Prévoyez leur croissance au moment de la plantation en modulant les espacements. Il faut compter environ 15m entre les variétés de grands arbres (chênes), 10m entre les variétés de hauteur moyenne (érable rouge) et entre 4 et 6m pour les arbres de petites taille (aubépine).

Attention, si vous plantez un arbre à proximité de votre maison, placez le à une distance correspondant à la moitié de sa hauteur finale. Ceci afin d’éviter les désagrément des zones d’ombres portées.

Si les arbres, au cours de leur croissance, doivent dépasser 2 m de hauteur, la distance de la planttation par rapport à la ligne séparative de votre propriété avec celle de votre voisin doit être de 2m. Elle est de 50cm pour les autres plantatin (art. 671 du code civil).

A noter : la distance d’un arbre à une limite se mesure à partir du cœur de son tronc.

Bien entendu, il est évident qu’il faut être vigilant sur les capacités des plantes et des arbres que vous aurez choisis à s’adapter aux climats et aux sols de votre région. Yannick & Sandra