Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 août 2008

Le sas en polycarbonate alvéolaire

Joindre plusieurs containers pose assez rapidement des problèmes d’étanchéité. Plutôt que de souder les containers entre eux, nous avons retenu l’astuce de créer un espace intermédiaire, une sorte de sas qui a le double avantage de donner de l’espace et de relier les containers entre eux. Ce sas aurait pu être en bois ou en tout autre matériaux, mais nous avons fait le choix de le réaliser en polycarbonate alvéolaire, afin d’avoir une lumière zénithale au cœur de la maison.

sasjpg.jpg

 

 

 

 

 

Véritable véranda intérieure, le sas apporte lumière et ensoleillement, il viendra réchauffer la maison en hiver.

Le sas ne garanti cependant pas une étanchéité parfaite, Catherine Rannou a préconisé un surtoit dont nous évoquerons la construction en temps voulu.

Comme à notre habitude, nous vous déposons quelques images sur le lien suivant : ICI.
(étant donné que nous construisons le sas, de nouvelles photos seront déposées dans les jours suivants).

11 juillet 2008

Découpe des parois

Nos containers livrés … il faut maintenant les habiter ! Bien que nous ayons fait découper les baies et les portes-fenêtres, il reste les découpe des parois qui se trouveront à l’intérieur de la maison.

Yannick s’est chargé de cette partie du chantier. Équipé d’une meuleuse professionnelle à disques de diamètre 125 (mm), 4 à 5 journées de 8 heures auront suffit pour nos découpes. (équivalant à trois longueur de 12 m chacune).

 

DSC01694.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il est possible de faire ce travail avec un découpeur plasma, mais le technicien du Havre travaille avec des meuleuses et nous a garanti la qualité du résultat (pas de déformation du métal). Nos divers coachs ont été surpris par le format du modèle que nous avons choisi (une petite meuleuse) et se sont vite inquiétés de ses capacités (risque de surchauffe et de ne pas pouvoir terminer le chantier).

Notre conclusion : les conseils du vendeurs étaient les bons, la machine tient le coup, sans chauffer. Nous ne regrettons pas d’avoir choisi un modèle pro, beaucoup plus performant et particulièrement résistant et puissant.

Notre coach Philippe nous a passé un modèle plus gros (250 mm ?) mais finalement la machine était trop lourde et donc épuisante (et donc plus dangereuse …).

Vous pourrez constater sur les photos que nous n’avons pas lésiné sur les protections (lunettes, gants, tablier, casques et boules quiès … chapeaux divers …). Et Yannick n’était jamais seul sur le chantier.

Autre détail, nous nous attendions à ce que la tôle se courbe vers l’intérieur au fur et à mesure des découpes … que neni … elle reste parfaitement droite !

Voici notre protocole de coupe :
-    tracés avant découpe
-    pour une hauteur complète (2,30 m env.), ne pas dépasser une largeur de 80 cm. Au delà de ce format la tôle devient plus difficile à manipuler car elle est particulièrement lourde.
-    Commencer par les découpes des hauteurs (complètes)
-    Couper la partie basse horizontale
-    Couper la partie haute horizontale (réserver les coins  et le milieu sur 1ou 2 cm).
-    Couper un coin, puis l’autre, terminer par le centre (une personne doit réceptionner la tôle pour qu’elle ne tombe pas sur celle qui découpe).

Pour info, la tôle est en acier corten de 2 mm d’épaisseur.

Les infos en images ICI !!

A suivre !