Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2007

La torture de la clôture …

Tout territoire se distingue d'un autre par ses limites. Quand il s’agit d’un jardin, on errige gaiement une clôture ! Mais attention, on ne rigole pas avec la clôture !

Avant toute chose, introduisons :

Une cloture a pour effet de se protéger des vents, du bruit et des regards. Il existe plusieurs manière de cloturer un espace :

Par la construction
- planter des piquets et tendre un grillage
- couler une fondation et monter un muret, (qui peut lui même être surmonté d’un grillage )
- planter des poteaux de bois et y fixer des planches (façon ranch texan)
- planter des poteaux de bois et y tresser des branches de saule ou de noisetier.
- Monter un muret en pierres sèches
- Poser une palissade de bois …

Par la plantation :
- en plantant une haie de résineux ou de feuillus persistants (thuya, cyprès, laurines…)
- en plantant des feuillus caduques (
- une haie variée …

Seulement voilà, tout n'est pas si simple. Ériger une clôture implique une demande d'autorisation de construire. Le CAUE d'île de France a rédigé une fiche très claire qui permet de comprendre cette procédure. Pour ceux qui souhaitent un maximum d'information, nous joignons à cette note la fiche spécifique de la DDE de demande de permis de construire une clôture (DDE_formulaire_cloture.pdf).Par ailleurs, vous trouverez différentes informations sur le droit de clôturer son terrain en cliquant sur ce lien.


Pour notre projet, nous avons trouvé LA solution idéale : le talus ! Typique de notre environnement bocager breton, le talus s’avère être notre allié pour le terrain pentu et venteux que nous avons choisi. Par ailleurs, il nous permettra d’inscrire la maison dans son paysage environnemental. Nos talus seront à terme, couverts de noisetiers, genets et ajoncs … tout un programme.

Les bienfaits du talus sont multiples, en voici les principaux :
- brise vent
- niche écologique
- retient et filtre les eaux de pluie
- abrite des nuisances sonores

Pour les curieux, nous conseillons le site : À l’école des talus, très complet en la matière. Indispensable !

Information pour les économes … la construction des talus est encouragée par les politiques locales bretonnes. Des subventions sont attribuées chaque année. Elles peuvent financer jusqu’à 80% du montant total des frais.

Mais là où ça se complique … c'est que nous ne savons pas encore si les talus entrent dans les exceptions à l'obligation de demande de permis de clôture …

A suivre donc

Sandra

05 janvier 2007

Concevoir la maison

Concevoir sa maison, passe par la constitution d’un programme. Ce programme définit les envies et les modes de vie des futurs habitants de la maison. Une fois listées, ces envies permettent de mieux préciser le projet d’habitat.

Le programme permet d’analyser votre manière de vivre et de créer des intérieurs qui vous correspondent.

1/ quelques exemples de questions à se poser :

- L’entrée est-elle une vraie pièce ou un simple lieu de passage ?
- La cuisine est-elle une pièce technique ou un espace de convivialité au cœur de la maison ?
- Avez-vous une idée du nombre de pièces que vous souhaitez avoir ?
- Quelles seront les fonctions de ces pièces ?
- Quelles relations souhaitez vous établir entre les pièces ?
- …

Après avoir déterminé vos envies, faites une estimation rapide des surfaces désirées pièce par pièce ainsi que les relations avec l’extérieur (maison de plain-pied, terrasse…). Ce sera alors le moment des choix …en fonction de vos possibilités.

2/ vues et lumières

Pensez à orienter la maison afin de vous offrir les plus belles vues et adaptez la taille des ouvertures afin de profiter du paysage environnant.

Disposez les fenêtres avec justesse et déterminez la dimension en fonction de l’environnement (colline, clocher, magnolia …)
N’oubliez pas que la fenêtre est un cadrage sur l’extérieur. Ce travail de réflexion est à mener au moment de l’implantation de la maison.

3/ L’éclairage naturel

Prévoir suffisamment d’ouvertures pour obtenir un bon niveau d’éclairage naturel qui participe pleinement au confort. Même lorsqu’il s’agit de pièces autrefois considérées comme de simples lieux de service (couloir salle de bain, toilettes…).
Vous minimiserez ainsi l’apport des sources lumineuses électriques, ce qui vous fera réaliser des économies d’énergie.

4/ L’éclairage électrique.
Il pallie l’absence de lumière naturelle.
Trouver un éclairage adapté induit une réflexion sur les gestes quotidiens (cuisiner, manger, lire, se laver, se reposer …) et sur l’apport supplémentaires de points d’éclairage moins fonctionnels en apparence, mais très important pour la sensation de bien être qu’ils procurent.

idées pièces par pièce :
ÿ la cuisine : éclairages ponctuels par postes de travail
ÿ salon : varier les supports lumineux et les intensités.
ÿ Chambres : multiplier les sources d’éclairages indirects par rapport au lit pour ne pas vous éblouir et prévoir des sources orientables pour la lecture. (penser aux va et vient et aux variateurs)

5/ les volumes

Les volumes des pièces seront plus confortables s’ils correspondent à vos mesures.
Essayez d’apprécier quels effets les pièces produisent sur vous . Sont-elles assez spacieuses, trop hautes, trop basses, trop fermées …
Un même volume peut être fractionné en sous espaces avec des demi-hauteurs, des paravents.

6/ eau et électricité
Encastrez le réseau et prévoyez des gaines visitables (entretien simplifié et isolation acoustique). Yannick & Sandra