Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2006

L’assainissement individuel (1)

L’Assainissement Non Collectif (ANC) encore appelé assainissement autonome ou assainissement individuel, est le mode d’épuration des eaux usées des habitations non raccordées au réseau d’assainissement collectif. Il s’agit donc d’un système adapté à l’habitat dispersé ou en périphérie des zones raccordées.

Moins coûteux que l’assainissement collectif dès que les habitations sont espacées, ce système d’assainissement préserve le milieu aquatique au même titre que l’assainissement collectif.

Cependant ce type d’assainissement implique la gestion des matières de vidange : en effet, les matières qui s’accumulent dans la fosse toutes eaux doivent être vidangées tous les 4 ans. La composition de ces matières est proche de celle des boues d’épuration. Plus chargées que celles-ci en pollution microbiologique, elles contiennent normalement peu de polluants chimiques du fait de leur origine purement domestique. Cependant cette qualité tend à se dégrader quand les usagers insouciants ou mal informés utilisent des produits détergents dans le cadre d’activités de nettoyage et de bricolage.

L’investissement et les frais d’entretien sont assumés par le propriétaire du dispositif autonome. Le coût d’installation varie entre 2000 et 6000 euro TTC, en fonction des caractéristiques du terrain. Les frais de vidanges sont évalués entre 150 et 300 euros TTC en fonction du volume à extraire.

Afin d’éclaircir les responsabilités de chacun, nous avons choisi de rédiger, dans les jours qui viennent, plusieurs articles sur ce sujet :
Les responsabilités du maire et de la commune
Les responsabilités du particulier
Les procédures à suivre
La phyto-épuration


Yannick & Sandra

Les commentaires sont fermés.